Vous êtes ici

Perrine Laffont championne olympique de ski de bosses !

L’Ariégeoise Perrine Laffont (Les Mont d’Olmes) vient de remporter l’épreuve de ski de bosses des Jeux Olympiques de Pyeongchang. Il s’agit de la première Française à décrocher l’or dans cette discipline (Sandra Laoura avait obtenu le bronze en 2006 à Turin), chez les dames, puisque rappelons qu’Edgar Grospiron avait été champion olympique en 1992. Après un mois de décembre en demi-teinte (6ème, 11ème et 5ème des trois étapes de coupe du monde disputées), Perrine Laffont était montée en puissance ces dernières semaines (trois podiums dont une victoire à Deer Valley peu avant la mi-janvier). Déjà championne du monde de bosses parallèles l’an passé (une discipline malheureusement non olympique) et vice-championne du monde en bosses simples (également en 2017), Perrine Laffont, âgée de 19 ans, a prouvé qu’elle était capable de répondre présente dans les grands rendez-vous, tout en étant régulière (2ème du classement général de la coupe du monde l’hiver dernier, 3ème actuellement).

Perrine Laffont © CNOSF - KMSP

Ce titre de Perrine Laffont en ski de bosses est aussi la première médaille de l’équipe de France lors de ces Jeux Olympiques de Pyeongchang. Elle compense la grosse déception du biathlon. Un peu plus tôt dans la journée, Martin Fourcade n’avait en effet pris que la huitième place du sprint, la faute à un tir raté (7/10). D’autant plus rageant quand on sait que le Villardien d’adoption était monté sur tous les podiums des épreuves de coupe du monde de l’hiver (quinze au total, dont six victoires). Fourcade reste néanmoins en embuscade pour la poursuite de demain (il s’élancera avec une vingtaine de secondes de retard sur l’Allemand Arnd Peiffer, champion olympique de ce sprint), tout comme Marie Dorin-Habert chez les dames (4ème de ce sprint remporté aussi par une Allemande, Laura Dalmeiher). Notons aussi, en ski de fond, la 5ème place de Maurice Manificat ce matin lors du skiathlon messieurs (15 km en classique suivis de 15 km en skating, avec départ groupé), marqué par un triplé norvégien.