Vous êtes ici

Envoyé spécial aux Bénés

Originaire de Haute-Savoie, le photographe Jean-Marc Barey s’est installé depuis dix ans à Cordon, après avoir travaillé partout dans le monde pour une agence de presse parisienne. Ce grand chasseur d’images nous dévoile son lieu de prédilection, sur les hauteurs de Cordon, l’alpage des Bénés, qu'il parcourt l'hiver en raquettes.

Actumontagne : Quel est votre parcours avant Cordon ?
Jean-Marc Barey : Je suis originaire d’un village de Haute-Savoie, près d’Annemasse, Collonges-Vétraz. Pendant plus de vingt ans, j’ai été photographe pour une agence de presse parisienne spécialisée dans le sport. J’ai couvert les plus grands événements sportifs mondiaux, comme la coupe du monde de ski, le Tour de France, la coupe du monde de football, les JO, le marathon de New-York… Mais la vie parisienne ne me convenait pas, je suis un amoureux de la montagne. Je suis donc revenu vivre dans mon village natal à l’occasion des JO d’Albertville, en 1992, et je me suis mis à mon compte en créant la société Léman Color.

A. M. : Pourquoi vous êtes-vous installé à Cordon ?
J.-M. B. 
: Je venais souvent à Cordon, hiver comme été, pour profiter de la vue panoramique. Je m’étais toujours dit que j’y passerais ma retraite. Mais je n’ai pas attendu cette échéance, je suis venu en 2008, car j’ai la chance de vivre avec une Cordonnante ! Entre 2009 et 2015, le siège de la société Léman Color était à Cordon. J’ai fait des photos pour la mairie, notamment lors de la rénovation de l’église de Cordon. Je travaillais sur corde, avec des échafaudages… Aujourd’hui retraité, je me sens complètement intégré à la vie de ce village préservé. Tout le monde se connaît, s’appelle par son prénom. Cela me rappelle mon enfance dans un petit village de montagne.

Depuis le plateau des Bénés la vue est superbe ! ©Jean-Marc Barey

Quelle est votre randonnée préférée ?
J.-M. B.
 : Je continue à aller en montagne presque tous les jours. Je dirige souvent mes pas vers le « plateau » des Bénés, à 1 750 mètres d’altitude, au-dessus de Cordon. C’est une belle balade de deux heures et demie environ, au départ du parking des Mouilles (1 200 m). Au début, la montée est assez raide par des lacets en forêt, puis la pente s’adoucit, et on rejoint d’anciens chalets d’alpage à l’architecture traditionnelle. La vue est extraordinaire, sur le mont Blanc, la vallée de Sallanches, le lac de Passy, et le sommet de Tête noire, qui domine le plateau… L’hiver, on y accède en raquette ou en ski de randonnée, et l’itinéraire est en général tracé, car je ne suis pas le seul à aimer les lieux !

Propos recueillis par Jeanne Palay

Pratique : À Cordon, huit itinéraires raquettes de 1 à 5 heures sont balisés. Téléchargement des descriptifs des parcours au Pays du Mont-Blanc sur le site sur le site www.cordon.fr

Photos © Jean-Marc Barey