Vous êtes ici

5 questions à Pierre Lestas, directeur de la Satelc à La Clusaz

Á La Clusaz, le programme d'investissements pour moderniser le parc des remontées mécaniques entamé en 2012, se poursuit. Cet hiver, la nouveauté majeure concerne le remplacement du télésiège du Merle, avec en corollaire, le renforcement de l'enneigement de culture de la piste qu'il dessert. Les détails avec Pierre Lestas, le directeur de la société d'aménagement touristique et d'exploitation de La Clusaz (Satelc), également président de Domaines skiables de France.

Actumontagne : Vous arrivez au terme du réaménagement d'un secteur très fréquenté du massif de l'Aiguille ?
Pierre Lestas : Après avoir remplacé les télésièges du Crêt du loup et de P'tit Loup par deux nouveaux appareils en 2012, puis mis en service en 2104 le télémix du Bossonnet, pour desservir la zone débutante du Crêt du Loup, cette année, effectivement, nous terminons avec le remplacement du télésiège du Merle. Le nouvel appareil est 6 places débrayable plus performant puisque plus rapide et capable de tranporter en débit provisoire 2100 personnes/heure au lieu de 1350 pour l'ancien télésiège (NDLR : 2800 p/h à terme). La nouvelle gare de départ de ce télésiège abrite la caisse centrale, le club des sports et un local de consignes à ski. Comme à Beauregard et au Bossonnet, la rampe d'accès vers le front de neige est équipée d'un ascenseur pour les personnes à mobilité réduite. Montant de ce dernier investissement : 9,5 millions d'euros.

Pierre Lestas

Actumontagne : Vous avez également renforcé l'enneigement de la piste du Merle. Pourquoi ?
PL : Effectivement car on ne peut concevoir d'installer un nouvel appareil de grande capacité sans améliorer l'enneigement de la piste qu'il dessert. Nous avons modifié la salle de pompage et doublé les points de production de neige de culture sur une partie de la piste. Nous passons d'un débit de 800 mètres cubes de neige par heure, à 1200. L'objectif est de pouvoir enneiger la piste du Merle dans le délai le plus court possible. Le coût de ce projet de neige de culture s'élève à 2,4 millions euros, que nous avons pu mettre en oeuvre grâce aux aides du plan Neige de la Région. Aujourd’hui, notre taux de couverture en neige de culture dépasse légèrement les 30% du domaine skiable (Ndlr : 29 % pour la moyenne française, 60 % en Autriche).

Actumontagne : Envisagez-vous de créer une piste de luge, très tendance ?
PL :La piste de luge est effectivement tendance, mais très dévoreuse d’espace. A La Clusaz, ce n’est pas envisageable. Nos efforts se portent sur le Familly Run, notre zone ludique très prisée de notre clientèle. Située sur le secteur du Mini-Loup, à l'arrivée du télésiège du Merle, elle compte cette année de nouveaux modules, dont un tunnel. Nous avons aussi reprofilé sa partie inférieure pour qu’elle soit encore plus ludique.

Actumontagne : Quels sont vos prochains gros chantiers ?
PL : Nous avons ouvert un nouveau dossier pour un plan stratégique à 15 ans, comprenant le creusement d'une nouvelle retenue d'eau d'altitude sur Beauregard, et surtout le réaménagement du massif de Balme. Nous travaillons et débattons de plusieurs scénarios. Notre décision interviendra début 2018, pour une première mise en oeuvre dès 2021. Nous investissons entre 10 et 12 millions d'euros tous les trois/quatre ans.

Actumontagne : La France a rétrogradé à la 3e place du classement mondial des destinations neige. Êtes vous inquiets ?
PL : Non. Si l'enneigement est satisfaisant, nous retrouverons notre deuxième, voire la première place. Le domaine skiable français est le plus important au monde, en taille et en remontées mécaniques. C'est clairement le manque de neige à Noël ces deux dernières années qui a impacté sa fréquentation. Nous devons investir dans des réseaux d'enneigement capables de saisir les fenêtres de froid. Nous devons également être précautionnieux financièrement pour que nos sociétés ne soient pas en péril, si elles devaient encore faire face à l’aléa climatique. Je vous rappelle que nous avons déjà divisé par trois notre exposition à ce dernier depuis 25 ans, grâce à la neige de culture, au damage et aux travaux sur les pistes.

Propos recueillis par Sophie Chanaron

15
Pour sa 15e année, la Full Moon doublonne ! Ce n'est pas une mais deux soirées durant lesquelles les skieurs vont pouvoir dévaler les pistes de Beauregard et du Crêt du Merle éclairées par le halo de la lune et cela jusqu'à une heure du matin ! Grosse ambiance dans les restos d'altitude. Les 3 février et 3 mars.