Vous êtes ici

Mobilisation dans les Alpes pour sauver un poussin gypaète

Femelle gypaète en vol tenant de la nourriture dans son bec ©Parc national de la Vanoise/Ployer Jean-Yves

Depuis plusieurs semaines, une mobilisation à l'échelle des Alpes françaises s'est mise en place pour assurer la survie du poussin gypaète de Peisey-Nancroix, aujourd'hui âgé de 2 mois. Son père, retrouvé blessé sous une ligne à haute-tention à Valezan début avril, n'a pas survécu à ses blessures.

Or, il faut savoir, que chez les gypaètes, espèce de vautour protégée, les parents se relaient dans le nid pour assurer la protection de leur progéniture lors des absences de l'un des deux partenaires. Le poussin est donc très vulnérable pendant les absences de sa mère.

Un arrêté préfectoral express
Le Parc national de la Vanoise a disposé tout un réseau temporaire de placettes de nourrissage de très faibles dimensions. Pour des raisons réglementaires liées à des aspects sanitaires et de statut d’espèce protégée, ce dispositif a nécessité la prise d’un arrêté préfectoral en un temps record grâce à la mobilisation de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations de Savoie, de la Préfecture de Savoie, du Parc national de la Vanoise, de la DREAL Aquitaine (porteuse du Plan national d’actions en faveur du gypaète barbu) et du Conservatoire d’espaces naturels de Haute-Savoie – ASTERS (coordinateur du PNA dans lesAlpes Françaises ainsi que du LIFE GypHelp).

Elan local
Aux côtés des agents du parc, de nombreux bénévoles (LPO, habitants ou simples passionnés) se sont succédé pour assurer le suivi du nourrissage et du développement du poussin. Le service des pistes du domaine skiable de ski de fond de Peisey-Vallandry et la mairie de Peisey-Nancroix ont gracieusement mis à disposition un appareil à chenillettes pour transporter plus aisément sur les placettes de nourrissage les os et autres restes fournis par l’abattoir de Bourg-Saint-Maurice.
Le petit casseur d'os n'est pour autant pas encore tiré d'affaires. Sa survie dépend maintenant avant tout du respect de la zone de sensibilité majeure établie dans la vallée de Rosuel pour limiter le dérangement (survol, activités de loisirs…). Soyez vigilants à proximité.