Vous êtes ici

Retour d'expérience sur la Snowfactory de TechnoAlpin

Les exploitants de domaines skiables ont suivi avec beaucoup d'intérêt les débuts sur le marché français de la Snowfactory de TechnoAlpin. Ce dispositif d'enneigement de culture d'appoint, capable de s'affranchir des températures positives pour fonctionner, a été testé par Châtel cette saison. La station haut-savoyarde l'a rebaptisé Snow Farmer, avec pour mission de fabriquer de la neige en amont de la saison, afin de la stocker dans des carrières en vue de la répartir sur les zones critiques (jonctions de pistes, front de neige...) le moment venu.

La neige a été là en abondance cette saison, mais les équipes en charge de l'enneigement ont pu se familiariser avec cet équipement qui peut être fixe ou mobile. "Il produit une neige très froide et qui résiste très bien", témoigne Bernard Hugon, directeur du domaine skiable qui l'envisage comme une solution complémentaire au réseau d'enneigement classique couvrant 60% du domaine, alors que la moyenne en France est plutôt de 35%.

A Mountain Planet, Bernard Hugon a confirmé que des négocations étaient en cours avec TechnoAlpin pour acquérir la Snowfactory (environ 400 000€). Sa capacité de production de neige est de 100 m3 par jour.
 L'événementiel est aussi une autre application pour cette solution technologique. Le Grand Bornand avait ainsi en prévention loué une machine pour la coupe du monde de biathlon en décembre 2017. Elle n'en a pas eu vraiment besoin la neige ayant été au rendez-vous !


A ce jour, le numéro un mondial de la neige de culture, qui travaille en étroite collaboration avec des laboratoires de recherche universitaires et des entreprises spécialisées pour améliorer ses produits, a déjà vendu plus d'une trentaine de Snowfactory dans le monde, dont la moitié l'an dernier.