Vous êtes ici

Effervescence à Mountain Planet 2018

©Actumontagne

Tous les deux ans à Grenoble, Mountain Planet, le salon de l'aménagement en montagne, est le rendez-vous de tous les professionnels du secteur. On vient des quatre coins du globe -24 délégations étrangères pour cette 23e édition du 18 au 20 avril-, pour découvrir les innovations d'une filière industrielle dynamique et pourvoyeuse d'emplois, pour échanger et réseauter, mais aussi et surtout faire du business. Sur les stands des exposants, fournisseurs et clients finalisent un contrat, une convention, ou discutent de projets futurs, en lien avec l'activité touristique, mais pas seulement.

En effet, comme le rappelle Marie-Noëlle Battistel, présidente de l'Association nationale des Elus de la Montagne (ANEM) et co-présidente du salon avec Pierre Lestas, président de Domaines Skiables de France, la montagne n'est pas qu'un terrain de loisirs. Elle est également un lieu de vie, avec ce que cela suppose en équipements et infrastructures pour ses habitants. Autant d'opportunités pour les quelque 900 spécialistes de l'aménagement de la montagne présents à Mountain Planet.

54 millions de journées-skieurs
Le salon grenoblois permet également de glaner les premiers chiffres de la saison d'hiver en France, à la veille de la fermeture des derniers domaines skiables. Selon Pierre Lestas, l'hiver 2017-2018 a été bon, avec une progression globale de la fréquentation de 2% par rapport à la moyenne des quatre dernières années. Il faudra attendre septembre prochain et le congrès de DFS pour avoir les chiffres définitifs. Ce score est évidemment à moduler en fonction des massifs et de la taille des stations. Ce sont les petites et moyennes stations qui sortent gagnantes de cet hiver très enneigé. Elles enregistrent des taux de croissance à deux chiffres, en particulier dans les Vosges ou le Massif Central, après trois saisons successives peu enneigées. "En nombre de journées skieurs, nous serons autour de 54 millions de journées skieurs et devrions repasser devant l'Autriche, et peut-être même disputer la première place aux Etats-Unis, ce qui est logique compte tenu de la taille de notre domaine skiable", indique le président de DSF. Et d'ajouter que si les conditions atmosphériques avaient été plus favorables -ensoleillement très faible- nous aurions flirté avec l'année record de 2008 (58 millions de journées-skieurs). "La France doit avoir comme ambition de franchir le cap des 60 millions de journées-skieurs".

La délégation chinoise en charge de Pékin 2022 accueillie sur le pavillon de la CCI Savoie The Savoie Touchn hôte d'une quarantaine de start-up prometteuses©Actumontagne

Le renouvellement de la clientèle

Dans le camp tricolore, l'optimisme est de mise, comme en témoigne l'effervescence qui règne à Mountain Planet depuis deux jours. Signatures de contrats en série, présentations d'innovations et d'initiatives pour booster l'économie touristique de la montagne, qui si elle est résiliente, fait face à de nombreux défis. Aux premiers rangs des challenges dont elle ne peut s'affranchir, le renouvellement de la clientèle des stations. Un sujet préoccupant évoqué depuis 20 ans, dont on sent qu'il est désormais pris à bras le corps par les acteurs de la montagne, à l'image de l'opération Génération Montagne initiée depuis l'an dernier par la Région Auvergne Rhône-Alpes. "La part des jeunes dans notre clientèle a baissé de 25% en quatre ou cinq ans", s'alarme Pierre Lestas. S'il salue les initiatives locales en direction de la clientèle de proximité, il plaide pour un plan d'actions en direction de la clientèle jeune de séjours. L'Education nationale a sans doute un rôle à jouer comme le souhaite le président de DFS, mais les opérateurs aussi doivent sans doute faire preuve encore de plus d'audace en terme de produits mais aussi de prix, pour attirer les jeunes et les populations pour qui les sports d'hiver restent inacessibles. Comme l'a montré dans la présentation de son Rapport annuel 2018 Laurent Vannat, seuls 8% des Français pratiquent le ski, or selon l'expert suisse, il y a des gisements de croissance parmi les populations domestiques. "Si l'on fait des efforts pour augmenter de 1% la part des skieurs domestiques, il en résulte une croissance de 12% des journées-skieurs", affirme-t-il.

Pierre Lestas et Marie-Noëlle Battistel, co-présidents de Mountain Planet © Edyta Tolwinkska

Autre défi des montagnards, l'immobilier. Réhabilitation de l'hébergement de loisirs existant dans la mesure où le foncier est de plus en plus rare, mais pour Pierre Lestas, il est indispensable de prioriser des actions sur le neuf. "Aujourd'hui chaque année en station on construit 10 000 futurs lits froids !". Dans son viseur, les résidences de tourisme, qui ne sont pas une solution d'hébergement durable puisqu'à la fin du bail, le bien revient à son propriétaire qui de façon générale le sort du secteur marchand. "Nous voulons privilégier des résidences de tourisme à investisseur unique et attirer des fonds immobiliers".